La dyspraxie en quelques questions/ réponses

Publié le 19 Janvier 2016

La dyspraxie en quelques questions/ réponses

Il y a quelques années, j'exerçais en grande section de maternelle. Un petit garçon vraiment différent de tous ceux que j'avais connus a fréquenté ma classe. Je pense que malgré tous mes efforts, il est resté un mystère pour moi pendant un an! Et ma culpabilité n'a fait que croitre au fil des mois! Je ne parvenais pas du tout à trouver comment l'aider dans ses apprentissages! Je n'avais pas les clés pour comprendre, et adapter ma pratique.

Depuis, un "diagnostic" est tombé, mon ex- élève est dyspraxique. Voici ce que j'aurais bien aimé connaître à l'époque où il était dans ma classe.

Qu'est ce la dyspraxie?

La dyspraxie est un trouble du mouvement qui entraîne une incapacité totale ou partielle à automatiser et planifier les gestes, et qui touche spécifiquement les enfants, sans pour autant qu'ils présentent de troubles moteurs ou déficit intellectuel.

Quels sont les symptômes?

Les dyspraxies entraînent divers types de troubles tels que :

  • Des difficultés à progresser normalement :
    • au niveau moteur : maladresse et difficultés de coordination (aussi bien dans des actions simples telles que la marche que pour certaines plus complexes comme utiliser ses couverts ou faire ses lacets).
    • au niveau du langage : difficultés d'élocution à rapprocher d'une apraxie buccofaciale
    • au niveau de la logique et des mathématiques : difficultés à aborder l'arithmétique, à poser des opérations.
  • Des troubles oculomoteurs : difficultés à fixer un objet ou à le suivre des yeux (on parle de dyspraxie visuo-spatiale) avec les problèmes que cela suppose pour la lecture notamment et pour la gestion de l'espace de la feuille et des lignages.
  • Une forme de dyslexie ou, dans tous les cas, une difficulté à aborder l'écrit manuscrit. Les dysorthographies et les dysgraphies ont également fréquemment associées à une dyspraxie.
  • Une tendance à l'isolement en raison du manque de confiance en soi.

Bon à savoir : les enfants dyspraxiques se désintéressent des jeux de construction et sont peu latéralisés (difficultés à distinguer la gauche de la droite).

Et pour l'écriture que fait-on?

Certains enfants dyspraxiques parviendront à écrire avec l’aide de rééducation. Ils auront du mal, le geste sera lent, laborieux. La qualité de l’écriture restera fluctuante au fil des lignes mais, ils y arriveront. Néanmoins, le geste d’écriture restera coûteux et nécessitera des aménagements pour la poursuite de la scolarité.
Pour d’autres, malgré des rééducations, le geste restera trop difficile. Quelques mots difficilement posés sur le papier, presque illisibles. On devra alors leur proposer d'autres solutions.

Rédigé par Marie-Laure VINCENT

Publié dans #dyspraxie

Repost 0
Commenter cet article